☆ Les Élites de la Royauté ☆
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Réveil matin 7h... La flemme de s'lever! [PV Hikaru]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Moe Yui

avatar

Messages : 15
Nationalité : Franco-Japonaise


Intime
Surnom:
Journal Secret:
Relations:

MessageSujet: Réveil matin 7h... La flemme de s'lever! [PV Hikaru]   Mer 3 Mar - 1:27

7h00...

J'aurais tellement aimé encore rester sous la couette une heure de plus! Quelle idée m'était passée par la tête d'entrer dans cette école... Détends-toi Moe c'est le matin! A t'agiter comme ça tu vas réveiller Mitsu'! Ah! C'est vrai que je ne vous ai pas précisé! Ma petite soeur dort avec moi, et nous dormons dans un lit double depuis sa naissance. Je n'ai jamais pu me défaire de ce ptit bout d'ange au sourire si gracieux. Combien de fois ai-je rêvé de lui ressembler... Je l'admirais, tandis qu'elle devait encore rêver de quelque chose de gai et de joyeux comme elle... Ses longs cheveux noir charbon, qui comme moi lui arrivaient presque aux coudes, attachés en deux longues tresses dont quelques cheveux s'étaient échappés durant son sommeil agité. Même si elle bougeait, je dormais comme un ours en hibernation! Elle aurait beau me donner des coups de pieds, je ne rechignerai pas! Et ce sera bien la seule et unique personne... Aaah ma Mitsuki! Ma petite lune! Toujours si resplendissante, vêtue de couleurs pastels... Mon opposée, mon autre moi, comme je t'aime!

Bon c'est pas tout ça mais c'est peut-être pas une superbe idée d'arriver en retard le premier jour dans cet établissement pour bourgeois... Je me ferais sans doute vite remettre dans le droit chemin par le personnel... Comme s'ils avaient à me dire quoi que ce soit sur mon attitude! Pffiou... De toute manière je ne peux m'en vouloir qu'à moi, c'est moi et moi seule qui ai voulu entrer là-dedans, pour espérer un jour devenir la fille dont des parents seraient fiers, du moins un peu plus que maintenant. On ne peut pas dire que j'étais vraiment le fruit de leur amour, c'était surtout Mitsu' après tout.. Moi j'étais autre chose, peut-être que je tiens mon caractère de cochon de mon vrai père... Eh bah dit donc, si c'est le cas je pige pourquoi maman l'a quitté! Supporter quelqu'un comme moi... Mouais faut s'adapter quoi! J'ai de la chance d'être leur enfant! Faut dire que je les ai mis plus d'une fois dans l'embarras... Brrr je préfère éviter les mauvais souvenirs! Allez stand up ma fille!

Une bonne douche tiède pour se réveiller... Pureyyy de cheveux qui mettent trois plombes à sécher!!! Vous allez finir par me mettre hors de moi... Bon, voyons voir ce que ma belle armoire cache. Un débardeur parme avec des étoiles jaunes, orangées sur le côté droit en bas, un jean assez sombre, mes baskets habituelles qui ont une ressemblance avec ces Converses que tous les jeunes ont. En ce qui me concerne, osef de la marque! Tant qu'elles me tiennent chaud aux pieds et me permettent de courir et toucher un ballon! Je finis de brosser mes cheveux et m'asperge de deux pressions de mon parfum Boum, quelque chose de sucré et doux comme un bonbon, miam... Bref!

Je descends les escaliers de la maison, ces escaliers recouverts d'un tapis mauve dans lequel j'ai bien failli me prendre les pieds plus d'une fois. Se casser la face avant d'aller là-bas, ça serait con. Alors autant faire comme d'hab! Me voici en train de glisser sur la rampe d'escaliers les cheveux en arrière, ils sécheront plus vite comme ça! Les yeux grand ouverts, j'arrive parfaitement sur mes pieds grâce à un petit saut.

"Mademoiselle! Si vos parents vous voyaient faire une fois de plus, ils seraient fous!"

Cette douce voix venait de notre femme de ménage, elle était dans la vingtaine et était vraiment très belle, toujours en train de faire le sale boulot que mes parents avaient la flemme de faire! Elle se nommait Yumi, très patiente et discrète, elle se rangeait de mon côté quand ça n'allait pas, j'ai toujours énormément apprécié cette femme qui frôlait pour moi la perfection! Cela faisait 3 ou 4 ans qu'elle était à nos côtés! Quand quelque chose clochait, on pouvait immédiatement lui en parler sans avoir la crainte que ça s'ébruite. De confiance, toujours de bon conseil, Yumi avait vraiment le don pour me rendre jalouse elle aussi...

"Je sais Yumi! Mais t'en fais pas, ils n'en sauront rien!"
lui répondis-je avec un clin d'oeil

Elle m'adressa un petit sourire accompagné d'un soupire. Elle finit par me proposer de prendre mon petit déjeuner. Oh non la barbe! J'avais horreur de ce repas que mes parents disaient être le plus important de la journée! Pour moi s'il n'existait pas, ça serait encore mieux! Une tartine de main de mie avec du nutella et puis le tour est joué. Ça me suffit dans le cornet pour tenir jusqu'au repas du midi, enfin ça dépend... Mais peu importe.

"Onee-chan ? Tu t'en vas déjà ?"

Je tournai ma tête vers le haut des escaliers quand je vis Mitsuki, dans son pyjama bleu ciel en train de se frotter les yeux, elle émergeait.

"Sorry de t'avoir réveillée Mitsu'!"

"Non au contraire! J'aurais été triste de ne pas avoir été là pour te dire au revoir!"

A cet instant, ma petite soeur accourait avec légèreté dans les escaliers en ma direction pour sauter dans mes bras. Elle n'était pas bien plus petite que moi, mais elle restait mon petit bébé, allez savoir pourquoi... Je la serrai et l'enlaçai fermement contre moi, elle allait tellement me manquer... Je restai pensive quand je sentis de l'humidité caresser mon débardeur. Oh non pas ça... Et voilà! Ma petite soeur était en train de sangloter dans mes bras en répétant que j'allais lui manquer... Je ne supportais pas la voir pleurer, je crois bien qu'elle est la seule à me faire autant mal au coeur dans ce genre de situations, je ne voulais plus m'attarder... Je déposai un doux bisou sur son front avant de prendre ma veste en cuir blanche et de me couvrir de celle-ci sans prendre soin de la fermer. Ma valise noire était juste à l'entrée.

"Tu fais bien attention à toi hein! Et tu m'envoies un message dès que tu es arrivée!" me répétait-elle en séchant ses larmes.

"Promis! Et toi prends soin de toi!" lui dis-je en lui adressant un clin d'oeil et un grand sourire qui montrait toutes mes dents!

"Mademoiselle Moe, désirez-vous que je demande au chauffeur qu'il vous dépose à l'académie ?" me demanda Yumi alors que je venais juste d'ouvrir la porte.

"C'est très gentil de ta part Yumi, mais la marche à pieds c'est mieux pour la santé tu ne penses pas ?"

Elle acquiesça avec un doux sourire avant que je regarde une dernière fois Mitsuki tendrement et fermai la porte derrière moi.

Bon sang! Avec cet instant de nostalgie voilà que j'étais à deux doigts d'arriver en retard! Il ne manquait plus que ça! Bon allez quand on a pas de tête on a des jambes! Me voici en train de courir dans les grandes ruelles de la ville, ma valise roulant derrière moi. En même temps ce petit jogging ne pouvait pas me faire de mal...

C'est après environ un quart d'heure de course que je finis par apercevoir le toit de l'académie, enfin!!! Finalement, cet immeuble était encore plus grand que ce que j'avais pu imaginer.. Je dois avouer que je n'avais pas su trouver les mots ce matin-même! Mais c'était vraiment pas le moment pour me perdre dans mes pensées! Je traverse un petit chemin, passe un grand portail avant d'enfin arriver devant une grande porte, sans doute celle du hall d'entrée... Le trac ? Non pas vraiment, plutôt de l'inquiétude mélangée à quelque cuillers à café d'impatience!

*Quand faut y aller... Bah faut y aller!*

Une porte qui ne couine pas chouette, déjà un bon début! Des couleurs chaudes, je referme derrière moi... Il s'agit d'une immense pièce avec de grands escaliers, menant tous à des endroits différents. J'étais certaine de m'y perdre... Mon regard tournoyait dans cette vaste salle, comme émerveillée, mais pas plus que ça. J'avais l'habitude à la maison, de ces larges pièces, qui me donnaient à force mal au coeur... Oh! Un secrétariat! Non non j'suis pas débile! C'est ce qu'il y a d'écrit là! Comme une sorte de bureau à la droite de l'entrée, je m'en approche avant de toquer à la porte... Personne ? Je toque une deuxième fois avec un peu plus d'insistance, rien une fois de plus! C'est la pause ptit-déj' ou quoi ?! Et comment je fais moi ? Je m'incruste ? Dans ce labyrinthe ça se trouve sans issue! Je me sentais devenir impatiente. Je me débarrassai de ma valise assez violemment avant d'hausser le ton sans aucune hésitation.


"Y'A QUELQU'UN DANS CETTE FICHUE SALLE ?!"
Revenir en haut Aller en bas
Aoki Hikaru
Behind the Mirror ~
avatar

Messages : 10
Multi-compte : Nope
Nationalité : Australienno-japonaise


Intime
Surnom: Karu
Journal Secret:
Relations:

MessageSujet: Re: Réveil matin 7h... La flemme de s'lever! [PV Hikaru]   Mar 9 Mar - 23:37

    ~ Mikaaaaa !! Attends-moi !! Tu cours trop vite !!
    "N'importe quoi, c'est toi qui cours lentement !! Allez, fais un effort, nous sommes presque arrivés !! On va tout louper sinon !!"

    Le souffle court, les jambes en feu, les rouges écarlates, une fillette poursuivait un jeune homme. Ce dernier lui lançait toutes les cinq secondes des regards pour vérifier qu'elle le suivait toujours. Le soir commençait à tomber sur Sydney, mais les deux jeunes gens s'éloignaient de la ville, courant dans l'herbe jaune d'un été trop sec. Le chemin montait, l'ascension était de plus en plus raide. La gamine trébucha une bonne dizaine de fois, mais se rattrapa toujours pour continer leur course effrénée. Le jeune homme arriva bien entendu le premier au haut de la butte, triomphant. La fillette n'était qu'à mi-parcours. Son compagnon se pencha en avant en s'écriant.

    "J'ai gagné !! Tu me dois Biggy si tu n'arrives pas dans les dix secondes !! Dix !! Neuf !! Huit !!"

    La gamine n'écoutait déjà plus, elle accéléra la course. Elle voyait Mika se rapprocher de plus en plus. Elle y était presque, il suffisait qu'elle pense à Biggy et elle y arriverait. Elle posa son pied sur le haut de la colline, un immense sourire aux lèvres. Cependant quelque chose clochait. En effet, lorsqu'elle regarda le visage du jeune homme qui l'accompagnait, elle remarqua sa mine d'effroi. Que se passait-il ?! Elle le vit s'éloigner de plus en plus, et se sentit partir en arrière. Dans un dernier élan, elle tendit sa main vers son dernier secours et ferma les yeux. Un choc se fit sentir dans son épaule gauche et son visage se retrouva enfoui dans l'herbe sèche. Un regard vers le ciel et elle vit un Mika haletant au regard inquiet. Il la tira vers lui, comme si elle n'avait été qu'un sac de plume et la serra fort dans ses bras.

    "Imbécile, ne te précipite pas autant pour un ours en peluche. Tu as douze ans, ma puce, ce n'est plus un âge pour se battre et risquait de se blesser pour un vulgaire bout de tissu..."
    ~ Mais c'est toi qui m'as offert Biggy, tu n'as pas le droit de le reprendre, point.
    "Karu... Tu es vraiment bête."

    Mika ébouriffa les cheveux de sa petite soeur avec un grand sourire. Il se releva et aida Hikaru à en faire de même.

    "Dépêche-toi, ça va commencer !"

    Ils s'accoudèrent l'un à côté de l'autre à la glissière de sécurité et attendirent. La jeune fille ne savait pas du tout ce qu'il allait se produire, et son impatience se fit ressentir par un incontrôlable tapement de pied. Mika rit à la vue de sa petite soeur mais garda son regard porté sur la ville. Le soleil commençait à décliner. Soudain, l'événement se produisit. Toutes les lumières de la ville s'allumèrent en même temps. Une unission magique et magnifique, qui fit briller les yeux de la jeune Hikaru et la fit sourire jusqu'aux oreilles.

    ~ Magnifique...
    "Je trouve aussi, c'est pour cela que je t'ai emmenée ici... et pour te dire que j'ai décidé de ne pas succéder à "father"... Dans quatre ans, je partirai pour la France, où je pourrai aller dans une école pour pâtissiers. Je suis désolé de te laisser seule héritière, mais il faut que tu t'opposes à cette succession toi aussi, d'accord ?!"
    ~ Je n'aime pas les armes... Je trouverai mon rêve, et je partirai aussi.
    "Sage décision, miss. Bon, il est temps de rentrer, sinon certaines personnes ne vont pas être contentes. Mais cet endroit sera notre endroit secret, d'accord ?!"

    Mika adressa un clin d'oeil à sa jeune soeur et ils dévalèrent ensemble la pente qu'ils avaient si durement monté quelques instants plutôt. Les rires étaient de la partie, mais bientôt, l'immense propriétaire Wilson se dressa devant eux et la silhouette robuste de Dan aussi. Il s'avança furieusement vers ses deux enfants qu'il lui restait. Mika plaça Hikaru derrière lui et la fillette ne put qu'entendre le bruit sonore de la claque sur la joue de son grand frère...

    ~~

    Le jeune homme sursauta sur son siège. Une secousse se fit ressentir dans tout l'appareil. Il passa une main sur son visage et regarda l'heure sur sa montre : 03:00. Si ses calculs étaient bons, et ils l'étaient très souvent, il devait être deux heures du matin au Japon. Et d'après d'autres savants calculs, il lui restait trois bonnes heures de vol avant d'arriver à destination : Tokyo. Enfin, il allait fouler la terre de ces ancêtres, celle de sa mère. Il cala la tête contre le hublot et renpensa à tout ce qu'il laissait derrière lui...

    ~~


    Aéroport de Sydney, sept heures plus tôt.

    Hikaru venait d'enregistrer ses bagages, maigres, et se dirigeait vers les douanes. C'est alors qu'il entendit un voix l'appeler. Il se retourna intrigué.

    "Monsieur, pour l'amour du Ciel, ne marchez pas si vite !! Mes vieux os ne s'en remettent plus aussi facilement qu'il y a quelques années."
    ~ Excuse-moi Al, mais je ne pensais pas que quelqu'un prendrait la peine de se déplacer pour moi après l'histoire de l'année dernière...
    "Ce n'est pas parce que vous allez nous quitter que vous n'allez pas nous manquer ! Du moins, à moi en tout cas. Les autres aussi, mais ils avaient trop peur de Monsieur votre père pour venir vous saluer une dernière fois..."
    ~ Al voyons !! Je ne compte pas partir pour toujours !! Une fois mes vingt-et-un ans atteints, je reviendrai à Sydney pour affronter une dernière fois mon père en temps qu'héritier de la Wilson & Corp, et puis j'irai vivre mon rêve, mais nous serons toujours en contact, promis.
    "Vous allez vraiment nous manquer, Monsieur. Qu'allons-nous faire de nos journées sans votre présence ?! Pourrons-nous au moins nous parler par e-truc ou je ne sais quoi d'autre ?!"
    ~ E-MAIL, Al, E-mail, et je ne sais pas, tu sais que cela pourrait mettre le doute sur mon identité...
    "Quoi qu'il en soit, j'ai été ravi d'avoir été à votre service"

    Hikaru attrapa son vieux majordome et le serra fort contre lui. Les larmes montaient, mais le jeune homme se refusa de les laisser couler. Al murmura alors à l'oreille de Karu.

    "Vous êtes devenue une magnifique jeune femme, Mademoiselle, même si Monsieur votre père a gâché cela en vous forçant à faire ce pari idiot..."

    Hikaru serra alors un peu plus Alfonse dans ses bras, ce dernier caressa tendrement les cheveux de son protégé. Puis ils se séparèrent, sans qu'aucun des deux ne laisse une larme tomber. Le jeune blondinet passa les détecteurs sans problème et se dirigea vers la porte d'embarquement. On appela les classes affaire, et notre jeune ami était des leurs, merci le "father" qui lui avait au moins laissé ce privilège, après tout, il était encore héritier pour le moment. Il entra alors dans l'immense appareil et gagna sa place. Le décollage se fit en douceur et l'avion quitta le sol australien. Hikaru appuya son front sur la vitre chaude du hublot et laissa ses larmes déborder de ses yeux et venir s'écraser sur son accoudoir. Oui, sa peine était immense de quitter sa vie en Australie, bien que ce soit lui qui ait décidé de tout ce qui lui arrivait et qui allait lui arriver pour ces quatre années à venir, mais il ne s'attendait pas du tout à voir des gens comme son majordome lui manquait autant. Mais il était vrai qu'Al avait été le frère de plus lorsque Mika était parti. La fatigue gagna bientôt notre blondinet qui s'assoupit bientôt sans s'en rendre compte.

    ~~

    Nous voici dans le présent moment, celui où Hikaru était parfaitement réveillé et n'arriverait plus à se rendormir du reste du voyage. Il se demanda ce qu'il pourrait faire pendant ces trois heures et décida de se repasser le dossier de l'Aoki Ent. dans l'esprit. En effet, pour entrer dans l'académie Empire, Dan avait quand même insisté pour que sa fille, ou plutôt son fils, soit vu comme un héritier avant tout. C'est pourquoi l'homme d'affaires plaça son enfant à la tête de l'Aoki Ent., une entreprise écran qu'il avait créée peu après son mariage avec Aika, la mère d'Hikaru. Cette entreprise était une entreprise spécialisée dans la vente de tissus et autres textiles. Une entreprise bien entendu fictive, puisque son siège était en réalité la salle de bain d'un appartement acheté par Dan Wilson au moment de la création d'Aoki Ent.. Hikaru avait imprimé tout ce qu'il était possible de savoir sur son "héritage" et l'avait appris pendant toute une année. Il avait aussi averti les médias, histoire de rendre son histoire de plus en plus crédible. Finalement, après un an de dure préparation, le jeune homme ne se sentait presque plus femme, sauf lorsqu'il ressentait le bandage qui lui lacérait la poitrine jour après jour. Il se posait d'ailleurs la question : ne perdrait-il pas des seins durant ses quatre ans ?! Ou pire : prendrait-il justement de la poitrine, de telle sorte à ce que cela se remarque ?! Une nouvelle inquiétude qu'il devait dissiper au plus vite. C'est alors qu'il fut pris d'un mal de tête : il fallait qu'il se laisse respirer. Il détacha sa ceinture et alla en direction des toilettes. Une jeune femme attendait déjà avant lui. Il la salua d'un signe de tête, auquel la femme répondit par un sourire. Hikaru s'adossa au mur et passa une main dans ses cheveux. La jeune femme en profita pour entamer une conversation.

    "Alors comme ça, vous allez à Tokyo ?!"
    ~ Ah mince, c'est l'avion pour Tokyo ?! Moi qui voulais me rendre à New York !!

    La jeune femme éclata de rire. Le blondinet haussa un sourcil : cette intervention aurait dû avoir l'effet d'indignation, peut-être même d'une claque. Après tout, il s'était quand même gentiment moqué d'elle. Mais non, elle avait simplement ri. Elle s'arrêta, le sourire aux lèvres regarda notre Karu national dans les yeux.

    "Je m'appelle Cynthia, et vous ?!"
    ~ Karu...
    "C'est un joli prénom... Vous voyagez seul ?!"
    ~ Non, il doit y avoir ma grand-mère pas loin.

    Re-éclat de rire. Hikaru ne comprenait vraiment rien. Pendant ce temps, la personne occupant les toilettes était sorti. Le blondinet profita de l'inattention de la jeune femme pour se faufiler dans l'habitacle en lançant un dernier.

    ~ Désolé, je passe avant, c'est plus que pressant !!

    Il ferma à double tour et retira son tee-shirt en moins de temps qu'il ne faut pour dire "Sandwich Thon-mayo". Il desserra avec dextérité les bandages et poussa un profond soupir de soulagement. La protrine à l'air libre, il s'assit sur le couvercle du toilette et attendit cinq minutes. Puis il s'excusa auprès de ses seins et les renferma dans leur étau. Il ressortit tranquillement des toilettes et salua une dernière fois la jeune femme, qui ne s'occupait déjà plus de lui, elle riait déjà trop avec un autre homme. Une croqueuse, à tous les coups, étant donné qu'elle n'avait pas bronché lorsque notre blondinet l'avait doublée au passage dans les toilettes. Le jeune homme se réinstalla dans son siège et feuilleta les documents sur sa future école, pour la cinquantième fois depuis une semaine. Une école de riches, avec des jeunes de tous les pays, et, particularité de cette année, une classe moyenne, pour les personnes en grande réussite scolaire, mais qui n'ont pas les moyens de se payer l'école en question. Hikaru finit par refermer les yeux pour laisser filer les heures qu'il lui restait avant d'atteindre le Japon.

    ~~

    L'avion amorça sa descente sur l'aéroport international de Tokyo. Hikaru avait les yeux rivés sur le hublot depuis près d'une demi-heure, voyant les lumières de la ville éclairait le ciel et se rapprochant petit à petit. Il était cinq heures du matin et le jeune blondinet était attendu sur les coups de sept heures-sept heures et demie. Ce qui lui laissait le temps d'être plutôt présentable, malgré les dix heures d'avion qu'il venait d'accomplir. Par chance, il n'y avait qu'une unique heure de décalage entre l'Australie et le Japon, ce qui ne le perturberait aucunement. Les roues de l'appareil touchèrent enfin le sol nippon et le monstre de fer roula durant quelques minutes avant de s'arrêter définitivement, mettant ainsi un terme à son périple. Hikaru attrapa son sac à dos et sortit de l'avion, saluant les hôtesses de l'air avec un sourire aimable. Il récupéra le sac de sport qui lui faisait office de valise et passa de nouveau la douane. Il n'eut pas trop de problèmes, étant donné qu'il avait la double nationalité depuis la naissance, il avait juste fallu refaire le passeport pour y changer le sexe, ce qui ne fut pas trop difficile avec l'aide de Dan Wilson. Bref, notre blondinet australino-japonais se dirigea immédiatement vers les toilettes... hommes, bien entendu. Là, il s'enferma dans les toilettes pour les handicapés, plus vastes pour se changer. Il attrapa une chemise noir propre, qu'il enfila, ainsi qu'un jean noir délavé, qu'il passa aussi. Il ajouta à son habillement une veste en cuir noir ainsi que des baskets d'une marque que nous ne citerons pas blanches. Il sortit des toilettes et se dirigea ensuite vers les lavabos. Il fit couler de l'eau glacé, en attrapa à pleine main et se l'envoya à la figure, en faisant attention de ne pas tremper ses vêtements propres. Il s'essuya le visage et rajusta ses cheveux en bataille d'un coup de main en plus. Satisfait du résultat, il sortit enfin et partit de l'aéroport. Levant la main, il siffla un taxi qui ne vint pas. Etonné, il prit la décision de marcher un peu, pour voir s'il ne pourrait pas trouver un moyen de transport rapide et efficace.

    Hikaru s'était finalement arrêté de chercher depuis une heure. Le soleil commençait à poindre et la fatigue se faisait ressentir. Le jeune homme avait laissé tomber son sac à côté de lui et avait posé ses fesses sur le trottoir, ses pieds sur la chaussée, ses bras sur ses genoux, sa tête sur ses bras. Il tentait de ne pas fermer les yeux, mais c'était dur. Par hasard, miracle ou chance, une voiture s'immobilisa juste devant lui et le chauffeur ouvrit la portière passager, manquant de peu de percuter la tête de notre héros au passage. Un immense sourire aux lèvres, le Japonais le questionna.


    "Vous avez besoin d'aller quelque part ?!"

    Karu releva la tête, surpris et étonné. Il observa son interlocuteur quelques secondes avant de répondre dans un japonais teinté d'un accent anglophone dont il n'avait jamais pu se séparer, quoi qu'il faisait.

    ~ Oui, l'école Empire, vous connaissez ?!
    "Bien sûr !! Qui ne connaît pas cette prestigieuse école ?! Allez, montez, je vous y emmène, vous devez être quelqu'un d'important pour vous y rendre."
    ~ Pas vraiment, juste un nouvel élève un peu perdu... Merci à vous.

    Le jeune homme sourit à son tour et entra dans la voiture qui démarra aussitôt la porte fermée. Le trajet dura une bonne heure, les premiers travailleurs nippons étaient déjà de sortie, et la route était difficile d'accès. Notre blondinet en profita pour reposer une fois de plus ses yeux. Dix heures de vol ne le réussissait vraiment pas et il espérait pourtant avoir assez de lucidité pour continuer à jouer son rôle, entre autres conserver sa voix plus grave qu'à l'habitude. Le Japonais le déposa enfin à l'académie vers sept heures du matin. Parfait timing. Hikaru voulut le remercier en lui offrant quelques billets, mais le conducteur refusa, prétextant que c'était sa route et qu'il avait fait ça de bon coeur. Le jeune blond, peu convaincu, le laissa quand même partir après quelques remerciements et un grand sourire.

    Le jeune homme tourna des talons et regarda le magnifique édifice qu'il ne put s'empêcher de siffler par admiration. C'était en effet un bâtiment imposant, mais pas trop. Tout ce qui signifiait "Etablissement pour ceux qui en ont dans le porte-monnaie, the must que tu pourras jamais t'offrir". Notre jeune ami soupira avança d'avancer vers sa nouvelle école. Il poussa la porte et entra dans un magnifique hall... désert. En même temps, cela pouvait se comprendre vu l'heure, mais bon, c'était assez étrange cette immense pièce vide. Personne au secrétariat, Hikaru devrait attendre sûrement quelques temps avant d'avoir les informations qu'il lui fallait, à savoir sa chambre, son uniforme et peut-être aussi un plan, étant donné la taille de l'académie, il en aurait bien besoin. Il chercha désespérément un banc qu'il trouva finalement dans un des couloirs qui reliaient le hall aux autres parties de l'école. Il s'allongea dessus, mit sa veste en cuir sur sa tête et ferma les yeux. La brume des songes commençait à danser dans son esprit et il se sentit partir vers un doux et calme repos...


    "Y'A QUELQU'UN DANS CETTE FICHUE SALLE ?!"

    Mais quelle était cette douce voix mélodieusement forte qui parvenait aux oreilles du bel Hikaru endormi !? Quelqu'un d'apparamment énervé et légèrement impatient. Le jeune homme se redressa et attendit quelques secondes le temps de reprendre ses esprits. Puis il se releva et dirigea sa bouille encore pleine de sommeil vers le hall où se trouva la propriétaire de la voix. Il ferma de nouveau les yeux à la vue de toutes ces couleurs flash qui lui brûlaient la rétine. D'une voix lasse, il fit son entrée en scène.

    ~ Faut croire qu'il n'y a personne si ça ne marche pas la première fois... Pas besoin d'alerter toute l'école de ton arrivée...

    Hikaru émit un bâillement et passa une main dans ses cheveux pour se gratter la tête. Ses yeux s'étant à peu près habitué à l'aggression de couleurs, il observa son interlocutrice avant de continuer.

    ~ Je suis arrivé il y a peu, et j'attends comme toi qu'on vienne me renseigner. Si tu veux, on crie ensemble, mais pas sûr que ça change grand chose...

    Hikaru se tourna de nouveau vers son banc pour prendre ses affaires et les ramena dans le hall. Son maigre sac de sport faisait presque sac à main à côté de la valise de la jeune nouvelle arrivante. Il haussa les épaules et lâcha le tout dans un grand bruit. Il passa alors son regard sur la jeune fille.

    ~ Si t'as une meilleure idée, autre que de pousser le cri jusqu'à Tokyo, je suis preneur !
Revenir en haut Aller en bas
Moe Yui

avatar

Messages : 15
Nationalité : Franco-Japonaise


Intime
Surnom:
Journal Secret:
Relations:

MessageSujet: Re: Réveil matin 7h... La flemme de s'lever! [PV Hikaru]   Mer 10 Mar - 20:02

Echo, mon unique ami de cet instant... Comme je n'étais pas heureuse de te voir! J'aurais préféré m'attendre à une réponse, féminine comme masculine peu importe... Bien que je dois avouer que j'aurais mentis en disant que j'aurais préféré une présence féminine... Pourquoi préférer une présence masculine ? Sans doute car j'espérais une réaction plus... Fun ? Un garçon, ça a de la réparti après tout... C'est pas comme une fille qui se contente d'apparaître en haut des escaliers et de vous regarder comme si vous veniez de sortir de l'hôpital psychiatrique! En même temps, vu mon look, cela n'aurait pas été étonnant qu'on me regarde bizarrement... Cheveux roses, vêtements plutôt colorés, bref tout pour plus ou moins plaire! Mais et alors ?! J'ai toujours eu l'habitude d'être habillée comme ça! Enfin... Quand on y réfléchit, c'est quand même assez récent ce changement physique! En vérité, avant vous m'auriez vu... Vous vous seriez posés d'avantage de questions à mon avis!

Collégienne raffolant des têtes de mort, je ressemblais pas mal à de nombreux adolescents qui sombrent dans le look Gothique! Tout de noir vêtu, les cheveux sans cesse attachés, maquillée à la sauvage, c'était facile de me voir comme la rebelle pure et simple! Ce qui pourtant n'était pas totalement vrai... J'avais, (et j'ai toujours) un caractère de cochon, mais comme toute personne qui a un minimum de savoir-vivre, je refuse de me laisser marcher sur les pieds! C'est aussi sans doute pour ça que j'ai toujours préféré la présence des garçons... J'adore me chamailler avec eux, rigoler et surtout le fait qu'il n'y ait aucun sujet tabou avec eux! Que ça soit familial, amour, sexe, et j'en passe! Je vous épargnerai alcool, tabac et drogue puisque je n'ai jamais eu l'intention d'y toucher! Berk! Avoir les dents jaunes, manquer de causer des accidents, pendre mes poumons, sûrement pas! Je tiens un minimum à ma vie moi! Enfin pour en revenir aux mecs, je dois dire que j'éprouve aussi une certaine préférence car ce ne sont pas eux qui sont du genre à pleurer toutes les larmes de leur corps dès que leur brushing est défait, qu'un de leur ongle est cassé, donc pas de prise de tête. Merci les gars!

En fait, si j'ai changé, c'est une nouvelle fois grâce à Mitsuki... Elle qui était toujours habillée de couleurs pastels depuis sa naissance, elle n'appréciait pas toujours le fait que ma garde-robe soit entièrement composée de noir, noir et... devinez quoi ? Noir! Que ça soit blousons, chaussures, sous-vêtements, j'adorais cette couleur! Mais pas parce que ça amincit, ce que la plupart des nanas cherchent à faire... Mais juste parce que j'aimais cette couleur, car elle allait avec tout et passait inaperçu. Jusqu'à ce que ma petite-sœur me propose d'essayer une robe bleue ciel, avec énormément de mal je finis par accepter! Mais au final, je me rendis compte que je me sentais plutôt bien dedans... Mitsu' me répéta que toujours en noir, j'avais l'air toujours triste. Peut-être n'avait-elle pas tord... Ce fut après quelques mois qu'elle réussit à m'habituer à porter des couleurs bien plus gaies! Le violet parme, le orange pêche, le rose poudre, bref le noir était devenu une option! (Par exemple en cas d'évènement). Quant à ma chevelure que j'avais encore du mal à apprécier aujourd'hui, Mitsu' avait réussi à me convaincre qu'ils étaient mieux lâchés. En même temps, vu ma couleur, j'étais plus souvent traitée d'extra-terrestre qu'autre chose... Je recherchais surtout à les cacher de la vue des autres. Pourquoi moi ?! Pourquoi rose ?! Allez demander ça à Mère Nature! Si ça se trouve elle m'enverrait balader si je lui posais la question! Peut-être qu'elle avait envie de barbe à papa ou malabar à la fraise au moment où je suis née, j'en sais rien moi! Je ne les attachais donc qu'en cas d'effet sportif comme quand je me faisais une partie de foot avec les copains, c'est que c'est chiant de les avoir devant les yeux quand on court après une balle... Fini l'ancienne Moe qui n'ose plus s'afficher, j'avais grâce à Mitsu', réccupéré un peu de confiance en moi. Cette fille, ce n'est pas une petite-soeur, c'est un ange!!!

Enfin revenons-en à ma situation actuelle n'est-ce pas ? J'étais littéralement paumée dans un endroit dans lequel je n'avais jamais mis les pieds, je ne connaissais donc strictement personne, ma petite-sœur me manquait déjà, en clair j'avais connu mieux comme journées... La seule chose qui réussit à m'apaiser, ce fut le soleil dans le ciel, le fait qu'il n'y ait pas un seul nuage... Cela me fit repenser à Mitsuki et moi, quand nous allions à la maison de campagne avec les parents. Enfin, à cette époque on était pas encore hyper riches faut dire. On se contentait du stricte nécessaire... Et cette maison de campagne, Mitsu' et moi, on l'adorait! S'allonger et se réchauffer au soleil sur l'herbe jusqu'à ce que la nuit tombe, aller pîquer des framboises chez notre voisin d'un côté qui ne nous en voulait jamais, s'assoire et jouer près du feu de la cheminée le soir... Que de souvenirs... Malheureusement, tout changea dès l'instant où suite à la mort d'un membre de la famille (que je ne connaissais même pas d'ailleurs!), nous avons reçu un fabuleux héritage. Je savais que maman était une héritière, mais je ne pensais pas qu'elle prendrait autant ça à coeur... Dès qu'elle a su la somme qu'il y avait derrière, elle a tout laissé tombé! Depuis, la maison de campagne a été vendue, et mes parents ne sont plus vraiment les mêmes. Beaucoup plus strictes et exigeants, leur changement d'attitude fut pire que brutal! Peut-être qu'ici, je me sentirais mieux justement... Personne derrière moi... Vraiment personne...

Ce fut un léger courant d'air passant par une fenêtre entrouverte qui me sortit de mes pensées. J'adorais me perdre dans ce paysage pourtant si simpliste, et rêvasser jusqu'à pas d'heure, comme je le faisais avec Mitsu'. Bien que la température ne soit pas des plus agréables, je tâchais de me détendre... Après tout, si je voulais changer, mon comportement était une des priorités...


~ Faut croire qu'il n'y a personne si ça ne marche pas la première fois... Pas besoin d'alerter toute l'école de ton arrivée...

Hein ? Je tournai ma tête d'un coup sec vers la gauche, jusqu'à apercevoir à l'entrée d'un de ces nombreux couloirs, un jeune garçon. Un sac de sport à la main, entièrement vêtu de noir, une veste en cuir sur une de ses épaules, un bâillement qui voulait tout dire... Depuis combien de temps ce gars poireautait-il ici, j'en savais vraiment rien, mais une chose était sûre, je venais de le sortir du pays des rêves... Désolée pour lui.

~ Je suis arrivé il y a peu, et j'attends comme toi qu'on vienne me renseigner. Si tu veux, on crie ensemble, mais pas sûr que ça change grand chose...

Il s'approcha à pas lents de ma personne, je l'observai alors plus ou moins rapidement. Blond aux yeux verts, pas trés grand, plutôt svelte, un adolescent comme tous les autres quoi, rien de plus banal... En ce qui concerne son soit-disant humour, en revanche il sortait un peu de l'originalité. Enfin pas tellement pour un garçon... Un humour qui au fond me faisais sourire, mais contre lequel je me retenais de répliquer. C'est fou ce que j'avais du mal à accepter le fait de garder la bouche fermée! Essayer d'être aimable... Ok, mais disons que c'est pas trop dans ma nature d'agir comme ça. Même Mitsu' m'aurait sorti un "Bah tu dis rien ?" Comment pouvait-elle oser dire qu'elle m'aimait comme j'étais... Alors que je suis une fille impulsive, casse-pieds, bref là je me lance des chardons! On peut mûrir, mais pas changer sa façon d'être. On nait comme on est, c'est ce que m'a dit une ancienne amie... Peut-être n'avait-elle pas entièrement tord.

~ Si t'as une meilleure idée, autre que de pousser le cri jusqu'à Tokyo, je suis preneur !

"C'est bon tu m'as dit ce que tu pensais ? J'suis désolée de t'avoir sorti de ton sommeil!"


Les remarques avec moi, ça va deux minutes, après ça me suffit. Enfin, j'espérais que ce gars n'allait pas mal le prendre. Je m'étais excusée par la suite après tout! Bien que je l'ai dit d'un ton qui pour lui n'aura sans doute pas été très sincère... Je tâchais de reprendre mon souffle et de faire un peu le vide pour ne pas monter sur mes grands chevaux alors que je venais tout juste d'arriver. Quelques secondes plus tard, je finis par faire face à ce jeune homme. Je le regardais sans plus, il était peut-être tant d'argumenter.

"T'es là depuis si longtemps que ça ? Y'a donc personne dans ce secrétariat ? Bonjour l'accueil..." soupirai-je

Maintenant que ça revenait, j'allais peut-être devoir prendre un peu plus soin de ma valise. Alors qu'elle se trouvait presque devant la porte d'entrée, je finis par la tirer par la poignée derrière moi, sans grand enthousiasme dans mes mouvements. Où aller... Et pourquoi ce hall est désert ?! Une école de riches comme ça, ça devrait être rempli de bons élèves tous en uniforme avec un sourire aux lèvres, des cahier à la main... Pouah le genre d'ambiance qui ne m'attirait pas! Finalement, ce n'était peut-être pas plus mal de me retrouver seule, ou presque avec cet inconnu que j'avais accidentellement réveillé... C'est vrai que je l'avais presque oublié celui-là!

"Disons que n'étant pas d'une intelligence particulière, tout ce que je pourrais te suggérer c'est d'attendre tranquillement, ou marcher jusqu'à se perdre dans les couloirs de cette école en attendant que quelqu'un arrive ou revienne de sa pause ptit-déj' ..."

Je levai mes yeux au plafond, bien loin du sol d'ailleurs! Je me mordis les lèvres une fois de plus, sans doute le stress que je gardais en moi, ou de la nervosité. Détends-toi ma fille... Je finis par replacer ma mèche de cheveux derrière mon oreille droite avant de croiser mes bras sous ma poitrine et de détourner le regard vers les alentours de cette salle. Je me contentai d'observer les couloirs en silence en attendant une quelconque réponse ou réaction de le part du garçon. Il pouvait trés bien ne pas me répondre et repartir se coucher, ou refuser mes deux propositions. Si c'était le cas, qu'il aille se faire cuire un oeuf! Mais pas de jugement avant de dialogue. C'était juste que là, la journée ne commençait pas tout à fait comme je l'avais prévue. Comme d'hab quoi!


[NUL NUL NUL par rapport à toi! XD]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Réveil matin 7h... La flemme de s'lever! [PV Hikaru]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Réveil matin 7h... La flemme de s'lever! [PV Hikaru]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Empire :: Entrer de jeu ; L'académie :: 
Secrétériat | Hall
-