☆ Les Élites de la Royauté ☆
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tout seul dans le hall, ou presque [PV Yukio et Hikaru]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vyacheslav Oleksandr

avatar

Messages : 34
Multi-compte : No!
Nationalité : Ukraine


Intime
Surnom: Olek' ou Esclave XD
Journal Secret:
Relations:

MessageSujet: Tout seul dans le hall, ou presque [PV Yukio et Hikaru]   Jeu 4 Fév - 14:23

Il était là, assit sur un banc, ne regardant que devant lui et réfléchissant à quelque chose. Tous ceux qui passaient se demandaient qu'est-ce qu'il faisait, et pourquoi il avait l'air autant dépressif. Oleksandr ignorait tous ceux qui le fixait. Il s'en fichait. Que devait-il faire maintenant qu'il avait perdu son maître? Ne devait-il pas essayer de le retrouver? Oui mais dans un pensionnat de cette taille, il n'y arriverait jamais. Dire qu'il devait surveiller Angeal, quel mauvais domestique faisait-il! Il laissa échapper un soupire. Et puis, il n'y avait pas de mauvaises personnes dans cet établissement non? Des riches héritiers n'allaient quand même pas s'agresser entre eux! Il se donna une légère petite tape que la tête comme pour se calmer. Il n'avait rien à craindre maintenant que son maître était bien encadré. Il prit une grande inspiration avant de s'apercevoir qu'il ne servait plus à rien maintenant. Et oui, maintenant son maître devrait pouvoir se débrouiller tout seul, nan? Il attendit alors que tout le monde parte, qu'il n'y ait personne. Ce fût enfin au bout d'une heure que le hall fut vide. Là, de son sac, il chercha quelque chose de coupant. Il prit sa trousse, prit son compas -puisqu'il avait prêté ses ciseaux à quelqu'un- avant d'essayer de se couper les veines avec. Mais il s'arrêta au bout d'un moment.

*Mais, si je me tue comme ça, et que je meurs cette fois-ci, il est possible qu'on reconnaisse là un suicide. Et on pourrait croire alors que je me suis tuer parce que mon Maître me faisait la vie dure, ce qui n'est pas le cas.. Oh que faire, que faire?*

Il chercha une idée. Enfin, quand il la trouva, il prit son compas et le planta deux fois violemment dans son bras pour en faire deux trous qui saignaient. Puis il cacha le compas dans ses poches, ou du moins le voulut car l'objet tomba de sa poche. Oleksandr se mis ensuite à sucer son propre sang, croyant que quelqu'un allait croire que c'était un vampire qui l'avait tuer. Puis, il s'arrêta, et prit un mouchoir avant de cracher le sang.

"Berk! C'est dégoûtant!"


Puis, il se tourna, remarquant qu'il n'était plus seul.
Revenir en haut Aller en bas
Shinjô Hikaru

avatar

Messages : 50
Multi-compte : Nop'
Nationalité : Anglo-Japonaise


MessageSujet: Re: Tout seul dans le hall, ou presque [PV Yukio et Hikaru]   Jeu 4 Fév - 21:08

    Le hall de sa nouvelle « école », cette école devra alors lui rappeler chaque jour son père qu’elle ne connait que très peu, par le biais de vifs souvenirs et de quelques photos. Quand elle devra se lever pour aller en cours, c’est à lui qu’elle pensera. Quand elle sera assise, écoutant les cours où elle est inscrite – c’est-à-dire Histoire et Photographie – c’est à lui qu’elle pensera. Rien que cette idée la dérangea. C’est donc grâce à ce lâche qu’elle est ici, dans cette académie prestigieuse, elle se rend bien compte et sûrement couteux. Hikaru sait que son père a de l’argent, mais de là à agir ainsi après tant d’années… Elle n’y comprend rien et n’y comprendra sûrement jamais rien. Les hommes sont étranges parfois, même son propre « père » lui semble d’une complexité étonnante. Abandonné par son père, puis s’en suivis la mère devenue presque infâme et la petite sœur, cette pauvre influencée et accroc. Peut-être que son père réagit en père, au moins une fois dans la vie de jeune femme d’Hikaru. Elle sait très bien qu’après cela, il n’y aura pas de contact. Il se contente juste de l’aider pour ses études, c’est déjà ça, il a appris une notion du rôle de « père ». Mais pour Hikaru, ça n’a pas d’importance, en y repensant elle garde ce sourire, mais ne pense pas moins que cet homme est une pourriture, un lâche et s’en suis tout un tas d’insultes bien pires. Le pardon ? Pas cette fois-ci, elle a bien trop perdue pour ça.

    C’est donc dans le hall, accompagné de ses sacs pour simple « compagnie », qu’Hikaru se trouve à présent. Elle avait posée ses affaires à côté d’un banc et était parti en repérage dans le secteur, avait fait un rapide passage aux toilettes, avait lentement marché dans les couloirs pour « repérer », enfin si on veut. De retour, marchant d’une délicatesse telle qu’on ne pouvait entendre ses bruits de pas, d’une légèreté comparable à un papillon. C’est donc ainsi que Hikaru rejoignit le hall pour reprendre ses affaires. Quelle idiote, laisser ses affaires là ça n’est pas prudent, mais bon Hikaru est du genre insouciante et crois que les pires choses lui sont déjà arrivés pour qu’il lui arrive pire. C’est une façon de voir les choses après tout.

    À sa surprise, le hall était vide quand elle revint de sa petite « exploration ». Vide ? Non pas tout à fait. Ses affaires étaient encore là, contre le banc, elle voyait une lanière de son sac dépasser. Sur ce même banc, un jeune garçon. Des cheveux bleus, oui bleus, elle ne distinguait pas ses yeux, celui-ci fouillait dans son sac. Hikaru observa la scène qui s’en suit sans un bruit. Ce jeune garçon – sûrement entre 16 et 17 ans, peut-être 17 ans – avait sorti un compas de sa trousse. Hikaru compris directement les intentions de ce garçon. Elle resta là, à observé en silence. Ce qu’il faisait ne la dégouter pas vraiment, le sang ne la répugne pas non plus, son goût par contre c’est autre chose… Et donc, il commença à se taillader le bras avec son compas, puis s’arrêta. Il enfonça rapidement, de deux coups secs dans son bras, le compas et fit deux trous. Elle le regarda perplexe, elle peut concevoir que l’on se scarifie, mais le but de ces deux « trous » dans son bras. Le jeune garçon suça son bras pour avaler son sang. C’était à ne plus rien comprendre à ce qui se passait. Hikaru s’approcha doucement de lui, sachant que l’indiscrétion il n’y avait rien de plus énervant elle s’était jurée de ne pas lui faire subir un interrogatoire. La jeune fille avait remarqué son compas au sol, elle le ramassa, le garda dans la main avant de les mettre derrière son dos. Elle se pencha légèrement en avant et afficha un assez large sourire sur son doux visage tout en fixant ce garçon.

    - Salut ! Désolé, j’avais laissé mes affaires là, elle son derrière le banc… puis un petit silence chez Hikaru qui fixait ce jeune garçon, puis son regard se porta sur le bras de celui-ci, quelques goutes de sang perlaient sur son bras, puis elle releva la tête vers la personne toujours en affichant un sourit, puis tendit devant le nez du garçon le compas ramasser au sol. Tiens, c’est à toi je crois. Enfin… sur ces mots elle retira le compas en le mettant de nouveau derrière son dos, elle avait moins ce large sourire sur le visage, prenant un air plus sérieux. Je me mêle de ce qui ne me regarde pas, mais je ne vais pas te rendre cet objet si c’est pour que tu recommence ça.
Revenir en haut Aller en bas
http://pension-ineka.forumactif.com/forum.htm
Mizushima Yukio

avatar

Messages : 37
Multi-compte : Non
Nationalité : Anglo-Japonais


Intime
Surnom:
Journal Secret:
Relations:

MessageSujet: Re: Tout seul dans le hall, ou presque [PV Yukio et Hikaru]   Ven 5 Fév - 21:19

J'étais arrivé dans cette école que mon père avait vanté chaque jour depuis des semaines : J'allais m'y plaire, y apprendre des tas de choses, rencontrer des gens formidables, ... A l'en croire, l'endroit était le rêve de tout homme, un paradis sur terre. A mon arrivée, je ne vis qu'une école. Pas n'importe laquelle, je voulais bien l'avouer, mais toit de même, ... Cela ne restait qu'une école pour gosses de riches. Lorsque j'étais entré dans le hall avec tous mes sacs, j'avais découvert plus de luxe que je ne pensais voir en réalité. La situation semblait en fait plus pathétique que prévue... Dans un soupir, je traversai le hall avec le sacs, assez lourds. Je souhaitais aller le plus rapidement possible à mon but. Il me fallait : premièrement, trouver ma chambre ; deuxièmement, m'assurer que mon colocataire n'allait pas m'ennuyer ; troisièmement, m'installer le plus confortablement possible. J'étais déjà dans les couloirs lorsque je me rendis compte que j'avais perdu mon téléphone... Il fallait toujours quelqu'un comme moi pour perdre les choses qui sont dans sa poche... Qui au monde est capable de ce genre d'idiotie, honnêtement ? Espèrant que personne ne l'avait pris, je revint sur mes pas jusqu'à arriver dans le hall à nouveau. Il était à présent désert, si ce n'est deux personnes auquelles je ne portai guère attention. Avec joie, j'aperçus l'objet perdu sur le sol. Courant du mieux que je le pouvais - avez-vous déjà couru avec deux gros sacs ? Impossible ! - je me hâtai de le ramassai. Ce n'est qu'à ce moment que la conversation des deux personnes atteint mon oreille.
Je suivis de loin les paroles de la fille, écoutant attentivement chaque mot. Je m'étais inconsciemment raproché, pour finalement réalisé que je me tenais à côté des deux jeunes gens. L'une d'eux, une fille, tenait en main un compas d'un la pointe était couverte de sang. L'autre, un garçon, était assis sur un banc et avait le bras percé de deux trous desquels coulait doucement le fameux liquide rouge. Je lâchai mes sacs sur le sol dans un grand bruit. De loin, la situation ne m'avait pas semblé telle. Voulait-elle... Asssassiner ce garçon ?! Non, impossible ! Tentant de ne pas montrer ma peur, je reculai doucement, espèrant qu'ils ne m'avaient pas vu. Mais avec le brit que j'avais fait... Allons, ce genre de choses ne pouvait tout de même pas arriver dans une école comme celle-ci !
Revenir en haut Aller en bas
Vyacheslav Oleksandr

avatar

Messages : 34
Multi-compte : No!
Nationalité : Ukraine


Intime
Surnom: Olek' ou Esclave XD
Journal Secret:
Relations:

MessageSujet: Re: Tout seul dans le hall, ou presque [PV Yukio et Hikaru]   Sam 6 Fév - 1:04

C'était une jeune fille qui était devant lui. Elle devait avoir un peu près son âge. Une élève? En tout cas, elle devait être riche pour être ici. Oleksandr se sentait un peu mal, la demoiselle l'avait certainement vu tenter de se tuer. Il ne pensa pas immédiatement à cacher son bras, mais il se contenta seulement de la fixer, priant dans sa langue maternelle qu'elle ne l'avait pas vu et qu'elle parte sans rien dire. Mais malheureusement, l'inconnue lui tendit son compas après avoir dit quelques mots.

"Tiens, c’est à toi je crois. Enfin…"

Il allait le reprendre et la remercier, quand elle lui retira le compas de sous son nez pour le cacher derrière son dos. Son large sourire qu'elle avait quelques minutes avant avait disparut. Elle avait l'air sérieuse.

"Je me mêle de ce qui ne me regarde pas, mais je ne vais pas te rendre cet objet si c’est pour que tu recommence ça."

Il la regarda, se demandant quoi dire. Puis, son regard tourna en direction d'un jeune garçon -à peine moins âgé que lui- qui semblait être un peu choqué de la scène. Oh non, il avait fait une victime! Il avait choquer quelqu'un! Un riche héritier en plus! Alors il avait peut-être dégoûté du sang ce garçon! Qu'il méritait de mourir! Pourquoi n'avait-il pas trouver une meilleure solution de mourir assez vite? Non mais! Il se leva doucement et fixa l'inconnue avant de lui dire:

"Ne vous inquiétez pas Mademoiselle, je ne risque pas d'y recommencer. Je trouverai une meilleure idée pour mettre un terme à ma vie."

Il se dirigea ensuite vers le jeune homme avant de le regarder et de lui demander avec une voix rassurante:

"Est-ce que ça va bien Monsieur? Vous semblez aller... mal..."

Il jeta ensuite son mouchoir dans la poubelle à côté du banc avant de prendre un autre mouchoir propre et d'essuyer le sang qui s'échappait de ses blessures. Si il ne pouvait pas se tuer ainsi, il pouvait toujours laisser s'infecter la blessure afin d'aggraver son cas. Il se pouvait bien par la suite que ça infecte aussi tout le corps et là il mourrait. Non s'était trop lent, il fallait trouver une solution assez rapide...
Revenir en haut Aller en bas
Shinjô Hikaru

avatar

Messages : 50
Multi-compte : Nop'
Nationalité : Anglo-Japonaise


MessageSujet: Re: Tout seul dans le hall, ou presque [PV Yukio et Hikaru]   Dim 7 Fév - 20:25

    Une meilleure idée pour tenter de mettre fin à ses jours… Ce garçon était vraiment étrange, aucuns doutes. Enfin, ça n’est pas un raison pour trouver ça « normal ». Qu’est-ce qu’elle doit faire de ce compas à présent ? De plus, elle venait de faire la rencontre d’un jeune homme apparemment dépressif et à tendances suicidaires. Décidément, elle avait la conviction que, pour le moment, cette académie était du genre… spéciale. Et là, Hikaru a donc ce compas dans la main, ce compas au bout imprégné de sang et à côté d’elle un jeune garçon le bras légèrement ensanglanté. Comme-ci tout cela ne suffisait pas à cette situation bien étrange, il fallait qu’une autre personne soit là. Non pas que sa présence dérangé Hikaru, tout dépend de ce que cette personne à vu. Et quand la jeune femme se retourna, elle avait très bien compris, lisant sur le visage de ce garçon blond, qu’il semblait effrayé par tout ça. Par quoi ? Par la scène qu’il croit avoir vu. Une cinglée armée d’un compas qui souhaite tuer ce jeune garçon aux cheveux bleus. Hé oui, ne sachant pas comment les différencier pour elle c’est le garçon aux cheveux blonds et le garçon aux cheveux bleus.

    Ce garçon aux cheveux blonds regardait, il semblait choqué et Hikaru avait une petite idée. Il ne suffisait que comprendre son regard à l’égard de la jeune fille. Il est vrai que vu comme cela, la scène déjà bien étrange et sanglante pouvait devenir sanglante et terrifiante pour d’autres. Après tout, c’est extrêmement trompeur. Mais.. Hikaru n’a pas l’air d’une folle furieuse pourtant. Enfin, le jeune garçon aux cheveux blonds doit sûrement appliquer le fameux « il ne faut pas se fier aux apparences », c’est bien sa chance si elle parait pour une dégénérée dès le premier jour… La malchance même mêlé à la confusion d’un jeune garçon, ça peut donner gros.

    Mais finis la lamentation d’une possible réputation d’illuminée ! Elle posa le compas sur le banc et s’en alla voir les deux garçons. L’un semblait choqué et l’autre était blessé au bras. Hikaru regarda le jeune garçon aux cheveux bleus appliquer un simple et insignifiant mouchoir sur ses entailles, quant à l’autre garçon il n’avait rien dit pour le moment. Elle le regarda en souriant, un peu gênée car elle était persuadé qu’il pensait une chose totalement délirante à propos d’elle et de l’autre garçon. Étant donné que le garçon aux envies suicidaires avait déjà posé la question, elle se contenta de fixé le blondinet en attendant une réponse. Puis elle détourna son regard sur le bras du dit blessé avant de le déposer à nouveau sur le blondinet en face d’elle, mais tout en fixant ce garçon elle parla à l’autre d’une façon assez ferme et décidée.


    « Après, je t’emmènerais à l’infirmerie, ça n’est peut-être pas grave, mais mieux vaut éviter que ça empire ! »
Revenir en haut Aller en bas
http://pension-ineka.forumactif.com/forum.htm
Mizushima Yukio

avatar

Messages : 37
Multi-compte : Non
Nationalité : Anglo-Japonais


Intime
Surnom:
Journal Secret:
Relations:

MessageSujet: Re: Tout seul dans le hall, ou presque [PV Yukio et Hikaru]   Lun 8 Fév - 22:03

Comme je l'avais pensé, mon apparition n'était pas passée inaperçu... Car je vis soudain deux paires d'yeux se tourner vers moi. Intérieurement, je jurai et commençai à me poser des tas de questions, plus stupides les unes que les autres. J'imaginai toutes les sortes de choses terribles qui auraient pu se passer dans cette école d'apparence normale, jusqu'à ce que le garçon prenne la parole, expliquant qu'il trouverait un autre moyen pour mettre un terme à sa vie... Un instant encore, je restai effrayé, la seconde d'après, je rougis, réalisant mon erreur. Je cachai rapidement mon visage de mes mains. Comment avais-je pu être si idiot et crédule ?! La fille n'avait aucunement essayé de tuer ce type ! Je venais, avec un talent indéniable, de passer pour un débile devant eux inconnus... Comment mon père osait-il même prétendre que je me plairait ici ? J'aurais voulu m'enterrer...
C'est au moment où j'eus cette pensée plus qu'étrange que le garçon se dirigea vers moi. Arivé tout près, il me regarda et me demanda si j'allais bien. Sa voix ne ressemblait aucunement à celle de quelqu'un venant de frôler la mort, ce qui me surprit. Mais... Pouvait-on réellemnt se suicider en se plantant un compas dans le bras ? Je n'en avait aucune idée... Et je ne tenais en fait pas à le savoir. Réalisant que j'allais devoir donner une réponse, je dit, d'un ton monocorde, censé passer pour celui d'une personne sûre d'elle et nullemnt traumatisée :

- Oui, évidemment je vais bien. Mais... Merci de t'en soucier.

Je n'avais pas hésité à tutoyer le garçon, bien que celui-ci se soit montré très poli. Enfin, je ne savais pas du tout qui il était...
Sentant un regard posé sur moi, je me retournai. La jeune fille avait les yeux tourné dans ma direction, un mince sourire dessiné sur ses lèvres. J'espèrai qu'elle ne riait pas de moi, tandis que le garçon tentait d'éponger son sang avec un mouchoir. Je le regardai du coin de l'oeil, doutant assez de ses chances de réussite. Nous étions toujours seul dans le hall, comme s'il n'y avait que nous trois dans toute l'école. Ce qui, bien sûr, n'était vraisemblablement pas le cas... Du moins, je l'espèrais.
Soudain, la fille parla. Elle dit qu'elle allait accompagner le garçon à l'infirmerie. Je n'y avais pas pensé, mais c'était logique. Il fallait bien arrêté le saignement et empêcher la blessure, si petite soit-elle, de s'infecter. Habituellement, il n'était pas mon genre de m'attarder ainsi sur les inconnus. Mais ici, c'était différent. Je me sentais, ne serait-ce qu'un peu concerné par le problème. Et j'avais l'habitude d'accomplir correctement mes tâches. Ic : venir également à l'infirmerie. Néanmoins, derrière mon visage altruiste, je songeai au fait que je pourrais déjà être dans ma chambre, au chaud, en train de manger un peu, si seulement je n'avais pas perdu ce fichu téléphone en chemin...

- Je... Hum... Je vais venir moi aussi à l'infermerie. Je serai peut-être d'une aide quelconque...
Revenir en haut Aller en bas
Vyacheslav Oleksandr

avatar

Messages : 34
Multi-compte : No!
Nationalité : Ukraine


Intime
Surnom: Olek' ou Esclave XD
Journal Secret:
Relations:

MessageSujet: Re: Tout seul dans le hall, ou presque [PV Yukio et Hikaru]   Sam 13 Fév - 16:50

Oleksandr était assez satisfait de la réponse du jeune blondinet. Tant mieux, il n'avait pas trop choquer ce jeune homme. Si il l'avait traumatiser, il serait alors partit un peu plus loin pour mettre un terme à sa vie. Choquer mentalement quelqu'un... c'était honteux de la part d'un serviteur qui sert une personne telle que Ash Angeal. Puis, la jeune fille arriva vers lui pour lui dire sur un ton assez ferme et décidé:

"Après, je t’emmènerais à l’infirmerie, ça n’est peut-être pas grave, mais mieux vaut éviter que ça empire!"

Oleksandr la regarda, avec de gros yeux. Elle voulait l'emmener à l'infirmerie? Oh non, pas l'infirmière! Elle allait sûrement lui dire que ce n'était pas bien de vouloir se tuer, puis allait sûrement lui dire d'aller voir un psychologue, avant de le laisser partir de la pièce. Et si son Maître le voyait? Que se passerait-il? Peut-être que Angeal n'était pas violent mais il se pouvait aussi qu'il s'énerve contre lui! Le jeune homme se mordit la lèvre inférieur avant d'entendre la voix du blondinet:

"Je... Hum... Je vais venir moi aussi à l'infirmerie. Je serai peut-être d'une aide quelconque..."

Il regarda la jeune homme, peut-être un peu plus pâle que d'habitude. Lui aussi voulait l'emmener à l'infirmerie? Il avala sa salive avant de regarder les deux jeunes gens et de reculer de quelques pas.

"Malheureusement, je ne peux pas aller à l'infirmerie. Je... Ce n'est que pour les jeunes héritiers tels que vous... Pas pour des servants tels que moi... De plus est, je ne veux pas y aller! Ma blessure ne peut pas être aussi grave que ça! Et si ça s'aggrave hein... Ce n'est rien. De toute façon, ça sera tant mieux... Allez, euh... bye?"

Il s'apprêtait à partir pour éviter à aller à l'infirmerie. Qu'est-ce qu'il détestait aller voir l'infirmière. Si ça se fait, elle avait été prise à la tête et bon pour son potentiel. Elle pouvait donc plus aggraver la blessure qu'autre chose! Non mais...
Revenir en haut Aller en bas
Shinjô Hikaru

avatar

Messages : 50
Multi-compte : Nop'
Nationalité : Anglo-Japonaise


MessageSujet: Re: Tout seul dans le hall, ou presque [PV Yukio et Hikaru]   Dim 14 Fév - 19:59

    Alors comme ça, le jeune garçon, le blondinet voulait lui aussi venir. Hikaru le regarda en souriant, elle ne comprenait pas vraiment pourquoi il voulait lui aussi les accompagner et se contenta de sourire, trouvant sa proposition assez « sympathique » pour l’autre garçon aux cheveux bleus. Tout semblait bon, ils auraient pu aller à l’infirmerie tout les trois, mais non, le suicidaire n’avait pas l’air décidé à y aller. Les excuses ? Il n’est pas riche, pas assez pour se faire soigner par l’infirmière de l’établissement. Il ne veut pas y aller. Et sa blessure n’est pas aussi grave. Hikaru voulu rire, elle ricana légèrement, mais pas un rire de moquerie ou un rire joyeux, un autre rire, indéfinissable. Elle regarda le blondin et en poussant un soupir, affichant une petite moue qui aurait voulus dire « Tsss, n’importe quoi ». Et voilà que maintenant, le type se casse, oui, il s’en va comme ça. Bien sûr, un inconnu comme ça on se dit souvent, on s’en fiche, ça n’est pas mon problème qu’il s’en aille. Enfin, Hikaru ne sait pas ignorer ça. Ce garçon a quand même tenté de mettre fin à ses jours et là, il se balade avec le bras entaillé dans l’académie. Hikaru se leva et lui attrapa soigneusement le bras – le bras qui ne c’est pas retrouver sous la pointe du compas bien sûr – le retenant assez fermement, enfin, fermement c’était « vite dit », après tout elle n’a pas une force incroyable, elle ne pressa pas son bras, mais usa assez de force pour le freiner dans son élan.

    « Tu ne va nulle part. Désolé d’être aussi autoritaire, mais je doute que te laisser partir comme ça sans soins minimales soit une bonne chose. Ca n’est peut-être rien, oui, mais pourquoi prendre des risques inutiles d’aggraver la blessure. Une infirmière ne fera pas de différence sur la richesse, elle devrait forcément accepter. De plus, si elle refuse, avec la pression de ce jeune homme et moi-même par rapport à nos parents, tu ne va pas me dire que c’est impossible. Le hasard a fait que je te vois t’enfoncer un compas dans le bras et maintenant je compte bien t’emmener voir cette infirmière, quitte à te trainer au sol. »


    Bon, peut-être pas pour le sol c’est sûr… Mais avec un ton menaçant peut-être que ça marchera « mieux » ? Hikaru préférait essayer quelque chose. Elle avait un peu trop parlé non ? Enfin, elle voulait faire comprendre à ce garçon que ce qu’il disait était assez stupide. D’ailleurs, elle ne connaissait pas le nom de ces garçon, mais vu l’affaire du moment peut-être faudrait-il garder cela pour plus tard. Sûrement, c’est plus sage. Là pour le moment, c’était un véritable combat pour emmener ce garçon, vraiment étrange – oui, pour se considérer comme presque rien et dire que sa vie ne compte pas et autres, même si c’est sa mentalité de « serviteur » apparemment, ça ne lui donne pas le droit – à l’infirmerie. Même le blondinet y avait mis du sien pour cette idée. L’infirmière n’allait pas le tuer, la blessure n’allait pas le tuer non plus. Mais si elle en venait à s’aggraver, s’infecter elle pourrait lui transmettre un sentiment de douleur plus fort. Mais en vu de ce qu’il dit de lui et de sa vie, ce sentiment de douleur il pourrait presque en dire que ça serait bien pour lui. Elle avait tout d’abord cru à un cinglé, maintenant elle voit plus en ce garçon quelqu’un d’instable et de très étrange, difficile à cerné. Cette journée allait donner, si elle continuait ainsi. Elle regarda ensuite l’autre garçon, il semblait reprendre des couleurs, elle lui afficha un petit sourire, difficile à discerner, peut-être gêner de la voir dans un tel état, état que elle-même ne comprend pas. Être ainsi pour quelqu’un qu’elle ne connait pas, c’est la première fois, il faut dire c’est aussi la première fois qu’elle tombe nez à nez avec un type qui essaye de se suicider avec un compas dans le hall d’une académie prestigieuse.
Revenir en haut Aller en bas
http://pension-ineka.forumactif.com/forum.htm
Mizushima Yukio

avatar

Messages : 37
Multi-compte : Non
Nationalité : Anglo-Japonais


Intime
Surnom:
Journal Secret:
Relations:

MessageSujet: Re: Tout seul dans le hall, ou presque [PV Yukio et Hikaru]   Lun 15 Fév - 12:38

Juste après que j'eus parlé, le garçon aux cheveux bleus se tourna vers moi, un air effrayé sur le visage. Avait-il si peur d'aller à l'infirmerie ? Bon, il me fallait avouer que je n'appréciais moi-même pas du tout les visites chez le médecin ou autre. Je détestais en fait. Mais les circonstances ici étaient différentes. Il était blessé, certes pas gravement, mais cela pouvait s'infecter, car il était certain qu'il n'avait pas stérilisé le compas avant de se mutiler...

- Malheureusement, je ne peux pas aller à l'infirmerie. Je... Ce n'est que pour les jeunes héritiers tels que vous... Pas pour des servants tels que moi... De plus est, je ne veux pas y aller! Ma blessure ne peut pas être aussi grave que ça! Et si ça s'aggrave hein... Ce n'est rien. De toute façon, ça sera tant mieux... Allez, euh... bye?

Je pus dès lors confirmer que le garçon aux cheveux bleus, qui se révèlait être un serviteur - D'ailleurs c'est quoi ce serviteur qui a l'air presque aussi riche que moi ?! Vraiment, cette école me réservait des surprises... - je pus confirmer qu'en plus d'être fou, était complèteemnt idiot. Espèrait-il vraiment que personne n'accepterait de le soigner sous prétexte qu'il était un servant ? Réalisait-il, en fait, que nous n'allions pas partir tranquillement, comme si de rien n'était ? Je supposai que non, à la manière dont il nous disait au revoir. Cette histoire manquait de me faire sortir de mes gonds. J'aurais pu bondir sur ce type et lui hurler dessus. Ainsi, peut-être comprendrait-il... Mais il ne fallait pas. Déjà je regrettais de m'être impliqué dans cette aventure. Je n'allais pas en plus perdre mon sang-froid. Ce n'était pas le genre de choses que je fesais. Je n'étais pas du genre à faire la conversation au premier venu. Moi, celui qui vient me parler, je lui jette un regard qu'il lui fera vite comprendre que je le trouve idiot et qu'il ferait mieux d'aller voir ailleur. Mais là, maintenant, la situation n'était pas la même. je ne pouvais plus reculer et allais devoir aider cette jeune fille à emmener l'espèce de taré au compas jusqu'à l'infirmerie.
C'est à ce moment qu'elle parla à son tour.

- Tu ne va nulle part. Désolé d’être aussi autoritaire, mais je doute que te laisser partir comme ça sans soins minimales soit une bonne chose. Ca n’est peut-être rien, oui, mais pourquoi prendre des risques inutiles d’aggraver la blessure. Une infirmière ne fera pas de différence sur la richesse, elle devrait forcément accepter. De plus, si elle refuse, avec la pression de ce jeune homme et moi-même par rapport à nos parents, tu ne va pas me dire que c’est impossible. Le hasard a fait que je te vois t’enfoncer un compas dans le bras et maintenant je compte bien t’emmener voir cette infirmière, quitte à te trainer au sol.

Je ne pus m'empêcher d'admirer cette fille, bien que cette raction me déplut. Elle avait tant d'assurance dans la voix. A la fois de la dureté, de la fermeté, de l'autorité ; et une certaine douceur, intraduisible. Car je sentais qu'elle s'inquiètais pour le serviteur. Il me semblait évident qu'elle ne voualit pas le soigner par obligation - comme moi - mais par désir de l'aider. Je n'avais pas une voix comme la sienne. Jamais sans doute je ne pourrais affirmer mes sentiments de manière si franche et directe. Tout comme jamais je ne me soucierait des autres comme elle. Un instant peut-être, juste un infime instant, j'eus honte. Mais vite, j'oubliai cela. Je n'allais pas commencer à regretter mes choix, non ? J'avais décidé tout seul de la manière dont je ferais ma vie. Ce n'était ma le moment de me remettre en question.
Qu'avais-je à ajouter au fait ? Rien, cela vallait mieux. Cela m'éviterais d'avoir encore une fois à ouvrir la bouche. Alors, je posai les sacs que je tenais ancore en main. Juste pour faire comprendre que je resterais là, et que je ne bougerais pas.
La fille me souriait, très légèrement, mais je me contentai de la regarder gravement. Mes grand yeux se perdant dans les siens. Mon regard resterait frois comme la glace. Pour toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Vyacheslav Oleksandr

avatar

Messages : 34
Multi-compte : No!
Nationalité : Ukraine


Intime
Surnom: Olek' ou Esclave XD
Journal Secret:
Relations:

MessageSujet: Re: Tout seul dans le hall, ou presque [PV Yukio et Hikaru]   Mer 17 Fév - 14:56

Quelque chose l'arrêta. Ou du moins quelqu'un. Oleksandr regarda qui l'avait freiner, ayant quand même une idée de qui c'était. En effet, il avait raison. C'était la jeune fille qui l'avait vu s'entailler le poignet qui l'avait arrêter, en le tenant fermement par le bras non blessé. Le jeune homme voulu la faire lâcher... mais la jeune demoiselle lui parla:

« Tu ne va nulle part. Désolé d’être aussi autoritaire, mais je doute que te laisser partir comme ça sans soins minimales soit une bonne chose. Ça n’est peut-être rien, oui, mais pourquoi prendre des risques inutiles d’aggraver la blessure. Une infirmière ne fera pas de différence sur la richesse, elle devrait forcément accepter. De plus, si elle refuse, avec la pression de ce jeune homme et moi-même par rapport à nos parents, tu ne va pas me dire que c’est impossible. Le hasard a fait que je te vois t’enfoncer un compas dans le bras et maintenant je compte bien t’emmener voir cette infirmière, quitte à te trainer au sol. »
*Me traîner au sol....?*

Il la regarda, avec de grands yeux. Il s'imaginait mal par terre, la jeune fille le traînant jusqu'à l'infirmerie, suivit du jeune blondinet qui était très silencieux. En plus, imaginez que l'infirmerie se trouve au premier étage! Il fallait donc monter les escaliers! Et si la jeune fille le traînait.. elle risquait plus de l'achever qu'autre chose. L'ukrainien fixa le jeune garçon blond, espérant qu'il l'aiderait à prendre sa défense. Mais il demeurait silencieux.

"Vous savez mademoiselle, je crois que je suis dans l'obligation de vous suivre à l'infirmerie puisque vous le voulez tant..."

Il remarqua que le blondinet posait ses affaires par terre. Voulait-il ne pas bouger d'ici? Tant mieux! Ca faisait une bonne excuse pour ne pas partir à l'infirmerie!

"Oh quel dommage, le jeune Monsieur ne veut pas aller avec nous! On ne va pas le laisser seul hein demoiselle? Que dites-vous de rester ici, avec ce jeune homme? Hein?"

Ca n'allait sûrement pas l'aider à éviter l'infirmerie mais bon. Qui tente rien n'a rien! Et puis, pourquoi ne voulait-il pas aller à l'infirmerie? Bonne question... Peut-être parce qu'il avait peur que l'infirmière soit une alcoolique qui boit l'alcool à 90 degrés censé désinfecter les blessures des jeunes élèves. Il regarda le blondinet, espérant qu'il allait bel et bien rester ici.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tout seul dans le hall, ou presque [PV Yukio et Hikaru]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tout seul dans le hall, ou presque [PV Yukio et Hikaru]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Empire :: Entrer de jeu ; L'académie :: 
Secrétériat | Hall
-